Sirima Fils

Sirima Fils
Sirima Fils

Et si je vous disais… Sirima, le copain poignardé de Jean-Jacques Goldman, a laissé un fils.

Mercredi 11 août à 23h25, France 3 diffusera un documentaire sur la fin malheureuse de Sirima Wiratunga. Une présentation émouvante sur sa vie et sa profession, qui comprend une mention de son fils.

En plein vol, ses ailes ont été arrachées. Ce mercredi 11 août à 23h25, France 3 diffusera un documentaire sur la chanteuse Sirima Wiratunga. Intitulé Elle s’appelait Sirima, et ce spectacle était réalisé par Pascale Thirode, qui revient sur le destin malheureux de cette artiste. La réalisatrice fait allusion à la coopération de Sirima Wiratunga avec Jean-Jacques Goldman sur la chanson Là-bas de l’album Entre gris clair et gris brûlée, sorti en 1987. Elle informe également les téléspectateurs que sa connexion avec le gars qui lui a pris la vie en 1989 a entraîné la naissance d’un garçon nommé Kym.

Sirima Fils
Sirima Fils

Sirima Wiratunga a publié le CD A Part of Me quelques jours avant sa mort, dans lequel elle dédiait une chanson à son fils, Sirima Wiratunga, mais faisait aussi allusion aux abus que lui avait infligés sa compagne, Kahatra Sasorith. La musicienne laotienne, qu’elle a rencontrée lors d’une représentation dans un restaurant, était furieuse de découvrir que la chanteuse avait l’intention de rompre avec lui et l’a assassinée de plusieurs coups de couteau dans la nuit du 6 au 7 décembre 1989, à Paris. Cet incident a suscité l’indignation, notamment chez Jean-Jacques Goldman.

9 ans derrière les barreaux et exilé du pays

Kahatra Sasorith a été condamnée à 9 ans de prison en 1992 pour ce féminicide et a été incarcérée à Melun. Le musicien est expulsé du territoire français quatre ans plus tard. Devant le tribunal, il s’est défendu en alléguant que Sirima Wiratunga avait prévu d’utiliser l’arme du crime contre lui. Selon Télé-Loisirs, “Nous n’avons pas entendu en cour d’assises le récit de l’accusé qui a définitivement transféré une forme de responsabilité sur la victime qu’il a construite”. Les cendres de Sirima Wiratunga sont inhumées dans le canal Sain-Martin, non loin de l’appartement où son compagnon s’est suicidé. Elle avait 25 ans à l’époque et avait un avenir prometteur devant elle. Sirima Nicole Wiratunga (14 février 1964 – 7 décembre 1989), plus connue sous son prénom, était une chanteuse anglaise et française. Elle était surtout connue pour le duo “Là-bas”, qu’elle a enregistré avec Jean-Jacques Goldman en 1987 et a été un numéro deux en France. [1]

Sirima Fils
Sirima Fils

Le petit ami musicien de Sirima, Kahatra Sasorith, l’a poignardée à mort avec un couteau de cuisine le 7 décembre 1989, trois semaines seulement après la sortie de son premier album, laissant derrière elle son fils Kym. Il l’a assassinée par jalousie parce qu’il avait peur qu’elle le quitte et épouse quelqu’un d’autre. Plus tard, il a été condamné à neuf ans de prison.

Le nom de Sirima Wiratunga ne vous est peut-être pas familier. Néanmoins, vous avez sans aucun doute entendu sa voix des milliers de fois. En duo avec Jean-Jacques Goldman, elle avait interprété le tube publié en 1987, Là-bas. Et vous ne saviez probablement pas qu’elle avait été brutalement assassinée par son amie deux ans seulement après la sortie de la chanson. Le documentaire sera présenté sur la plateforme de streaming Salto. Sirima était son nom, et il raconte la vie brève mais mouvementée de la chanteuse. Elle est décédée à l’âge de 25 ans.

Sirima Fils
Sirima Fils

Sirima Wiratunga raconte sa rencontre avec Jean-Jacques Goldman.

En 1982, ce Franco-Sri Lankais s’installe à Paris pour poursuivre une carrière musicale. La brave demoiselle commence par chanter dans le métro parisien, à la station Châtelet-les-Halles, puis dans plusieurs restaurants chinois. Philippe Delettrez, un saxophone qui produisait les mélodies de ses paroles et l’accompagnait de son instrument dans ses compositions, l’y voyait. Le talent de Sirima Wiratunga, selon le musicien, doit être largement reconnu. Il trouve un moyen de réunir les deux chanteurs pour les faire coopérer tout en étant en contact avec Philippe de Lacroix-Herpin, le saxophone de Jean-Jacques Goldman.

Sirima Fils

Sirima Fils
Sirima Fils

Jean-Jacques Goldman rencontre Sirima Wiratunga à la station de métro Barbès-Rochechouart après avoir écouté un enregistrement d’une de ses chansons. Il la convainc de se joindre à lui pour enregistrer la chanson Là-bas, pour laquelle il recherche une voix féminine. Les résultats sont instantanés. Cependant, Sirima Wiratunga, sensible à la lumière des projecteurs, préfère rester dans l’ombre et refuse de signer avec des maisons de disques.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *