Particuliers.engie.fr Payer Ma Facture

Particuliers.engie.fr Payer Ma Facture

Le marché de l’électricité en France désigne les formes d’organisation sectorielle de la production et de la vente d’électricité en France, ouvertes à la concurrence depuis la fin des années 1990.

Particuliers.engie.fr Payer Ma Facture
Particuliers.engie.fr Payer Ma Facture


La loi « NOME » (nouvelle organisation du marché de l’énergie) du 7 décembre 2010 a donné au marché de l’électricité en France une nouvelle structuration.
Depuis 1946, date de la promulgation de la loi n°46-628 portant nationalisation de l’électricité et du gaz, l’électricité et le gaz sont majoritairement livrés par deux quasi-monopoles : EDF et GDF.

Particuliers.engie.fr Payer Ma Facture
Particuliers.engie.fr Payer Ma Facture


Le marché français de l’électricité s’est alors ouvert à la concurrence conformément aux réglementations européennes de décembre 1996 (le « paquet Énergie »), 2003 et 2009, qui régissent les modalités d’unification du marché intérieur de l’énergie par l’Union européenne. En outre, plusieurs États membres avaient déjà entamé le processus de libéralisation de leurs marchés de l’énergie.
Des ajustements importants ont été nécessaires pour la transposition des directives européennes, qui ont été adoptées progressivement. Avant juin 2000, une loi promulguée le 10 février 2000 transcrivait la directive relative à l’électricité, avec plus de 30 décrets et arrêtés d’exécution pris entre 2000 et 2001, imposant une ouverture du droit de la concurrence (en fait à partir de février 1999). La directive sur le marché intérieur du gaz a finalement été transcrite et concrétisée à partir d’août 2000 grâce à un système transitoire d’accès au réseau.

Particuliers.engie.fr Payer Ma Facture

Particuliers.engie.fr Payer Ma Facture
Particuliers.engie.fr Payer Ma Facture


La Commission de régulation de l’énergie (CRE) a été créée par la loi du 10 février 2000, en tant qu’entité administrative indépendante chargée de garantir le bon fonctionnement du marché de l’énergie (gaz et électricité) et d’arbitrer les litiges entre les consommateurs et les différents fournisseurs. Cela garantit également que le marché reste compétitif et ne monopolise pas.
La phase 1 suivante a été suivie en ouverture :
Les sites utilisant plus de 100 GWh deviennent éligibles en février 1999.
Juin 2000 : toute station consommant plus de 16 GWh est éligible (soit un taux d’ouverture du marché supérieur à 30%) 2. Février 2003 : toute station consommant plus de 7 GWh est éligible.
Les entreprises et les administrations municipales doivent être admissibles d’ici juillet 2004.
Tous les consommateurs sont éligibles à partir de juillet 2007 (y compris les clients résidentiels)
1er novembre 2014 : une nouvelle approche pour la création des tarifs réglementés entre en vigueur.
Les clients ayant une puissance souscrite supérieure à 36 kVA ne seront plus éligibles à la tarification réglementée à compter du 1er janvier 2016.
La première ouverture du marché aux premiers utilisateurs (industriels) qualifiés a été suivie d’une augmentation significative des tarifs d’électricité, puisque ces consommateurs avaient été substantiellement subventionnés auparavant. Entre 2001 et 2005, le prix moyen du mégawattheure a grimpé de 55 %, passant de 22 à 34,4 euros, selon l’Union des industries chimiques (UIC).
Les clients peuvent conclure deux types de contrats : les « contrats à tarifs réglementés » (avec les fournisseurs existants) et les « contrats d’offre de marché » (proposés par les fournisseurs historiques et alternatifs).

Particuliers.engie.fr Payer Ma Facture
Particuliers.engie.fr Payer Ma Facture


La loi NOME (nouvelle organisation du marché de l’électricité) du 7 décembre 20103 instaure l’accès régulé à l’électricité nucléaire historique (ARENH) dans la limite d’un plafond de 100 TWh à répartir entre les fournisseurs alternatifs, qui pourront proposer des offres compétitives pour le résidentiel et petits clients professionnels par rapport aux tarifs réglementés de vente. Voici les effets de l’utilisation du dispositif ARENH :
les tarifs réglementés de vente d’électricité aux grandes et moyennes entreprises (tarifs verts et jaunes) seront supprimés d’ici le 31 décembre 2015 ; réversibilité illimitée (droit de revenir au tarif réglementé après avoir opté pour l’éligibilité) ; de ce fait, le TaRTAM (dispositif transitoire destiné à donner accès à un tarif proche du tarif réglementé pour les clients industriels ayant conclu un contrat à un prix de marché plus cher que le tarif réglementé pour les clients industriels ayant conclu un contrat à (par 2015 au plus tard) (4)
La CRE publie un rapport trimestriel sur l’avancement de l’ouverture du marché. (5) Informations importantes 3ème trimestre 2016 :
Au 30 septembre 2016, il y avait 4 224 000 sites résidentiels sur le marché, représentant 13,2 % de tous les sites, et 1 508 000 sites non résidentiels, représentant 30,2 % (17,0 % de fournisseurs alternatifs et 13,2 % de fournisseurs historiques) ; le marché de l’électricité reste dominé par les tarifs réglementés de vente, représentant 86,8 % des sites résidentiels et 69,8 % des sites non résidentiels ; la consommation fournie en offre de marché a atteint 16,2 TWh (10,9 % de la consommation totale) ; consommation fournie Il existe environ 160 fournisseurs locaux, dont beaucoup sont historiques (sociétés locales de distribution).
Les fournisseurs alternatifs détenaient 17,9 % du marché des clients résidentiels en France à fin 2017, soit 5,8 millions de consommateurs, en hausse de 3,7 points par rapport à l’année précédente. Fin 2016, ils détenaient 29 % de part de marché sur le marché de l’électricité et 55 % de part de marché sur le marché du gaz pour l’ensemble des consommateurs. Enfin, EDF continue nued pour livrer 38 pour cent des ventes d’électricité à la tarification réglementée et 33 pour cent via les offres de marché ELDs.in. Bien que la suppression des tarifs réglementés pour les entreprises et les collectivités ait sensiblement avancé la libéralisation du marché, 88 % des utilisateurs résidentiels (particuliers et petites professions) restent au tarif réglementé. La suppression à moyen terme de cette tarification de l’électricité a été inscrite dans le dernier « paquet hiver » de Bruxelles, même si la transition devrait être progressive. (7)

Particuliers.engie.fr Payer Ma Facture
Particuliers.engie.fr Payer Ma Facture


Les énergéticiens se développent en 2017 : après Total et Butagaz, le e-commerçant du groupe Casino Cdiscount lance une offre d’électricité selon lui 15 % moins chère que les tarifs réglementés ; pourtant, 84 % des utilisateurs restent fidèles à EDF 6. Seuls 33 % des Français savent qu’Engie et EDF sont deux entreprises différentes et concurrentes, contre 53 % en 2013. La marge de manœuvre des concurrents est limitée à 36 % des la totalité du coût, les impôts représentant 35 % (dont la CSPE, qui sert principalement à financer les énergies renouvelables) et les transports représentant 29 %. Entre mi-2016 et mi-2017, EDF a perdu un million d’abonnés, passant de 27,5 à 26,5 millions. Selon la CRE, Engie compte désormais 3,5 millions de consommateurs électriques, tandis que Total s’est fixé un objectif de 3 millions d’abonnés.
Lorsque les concurrents d’EDF ont saisi le Conseil d’État en mai 2018, le Conseil d’État du monde entier a affirmé l’idée de tarifs réglementés de l’électricité, mais a demandé au gouvernement de réévaluer régulièrement sa pertinence ; le gouvernement prévoit de le faire tous les cinq ans. Le Conseil d’État a également demandé que les conditions d’éligibilité au tarif bleu non résidentiel soient revues afin de faire la différence entre les petits professionnels (artisans, commerçants, professions libérales, etc.) et les sites non résidentiels appartenant aux grandes entreprises. Dix.
La CRE s’est prononcée en octobre 2018 sur le nombre excessif d’acteurs en France, prédisant une vague de consolidations. Trop de concurrence se traduirait par des ventes à perte, alors qu’EDF, qui perd environ 100 000 clients particuliers chaque mois, contrôle encore 80 % du marché résidentiel. Sur le marché de l’électricité, « nous sommes à l’âge préhistorique des conséquences de la concurrence », selon le président de la CRE 11.
En octobre 2018, EDF présentera Digiwatt 12, son premier service d’électricité en ligne pour les particuliers.
Au premier semestre 2019, le nombre d’interventions non rémunérées (pannes ou réductions de puissance) signalées au Médiateur national de l’énergie par les fournisseurs d’énergie a augmenté de 18% par rapport à la même période l’année dernière. Plusieurs vendeurs demandent la construction d’une base de données sur les créances en souffrance similaire à celle conservée par les sociétés de télécommunications ; la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) a approuvé cette initiative en mai 2018. Cependant, la simple conception de ce dossier des clients de l’électricité non payants a suscité l’indignation 13.
La grande majorité des tarifs réglementés des clients professionnels expirera le 1er décembre 2020 pour le gaz et le 1er janvier 2021 pour l’électricité. Seules 1,5 million de TPE et assimilés continueront à bénéficier d’une tarification réglementée de l’électricité après cette date dans le monde professionnel. Engie ne contrôle que 42 % des volumes utilisés par les entreprises, et seulement 31 % des quantités consommées par les plus gros clients en gaz ; en électricité, EDF contrôle toujours 47 % des volumes consommés par les entreprises, et 54 % sur le marché des entreprises et collectivités 14.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *