Le Fils De Bourvil

Le Fils De Bourvil : Bourvil (André Robert Raimbourg) était un acteur et chanteur français surtout connu pour ses apparitions dans des films comiques, notamment ceux qu’il a réalisés avec Louis de Funès (comme Le Corniaud et La Grande Vadrouille).

Le Fils De Bourvil
Le Fils De Bourvil

Philippe Raimbourg est le nom de son fils.

Il était dans une famille d’agriculteurs en Normandie et voulait suivre les traces artistiques de son idole Fernandel. Musicien et chanteur de music-hall et d’opérette à ses débuts, il connaît le succès à la Libération avec la chanson Les Crayons et en se créant un rôle caricatural de paysan normand naïf et niais, et continuera pendant les deux décennies suivantes. avec des chansons comme On a Bicycle, Fruit Salad, Moonlight in Maubeuge et La Tendresse. De plus, il a été l’attraction principale de plusieurs émissions à succès dont La Route Fleurie, Pacifico, La Bonne Hideout et Ouah! Ouah ! .

Par ailleurs, il s’oriente rapidement vers le cinéma, où il transfère son « comique-paysan » dans des comédies telles que Pas si bête (1946), Le Roi Pandore, Le Rosier de madame Husson et Miquette et sa mère (1950), Le Norman Hole (1952), Les Trois Mousquetaires (1953) ou Les Hussards (1955). Sa carrière prend un tournant lorsqu’il remporte le prix d’interprétation à la Mostra de Venise pour son interprétation dramatique d’un chômeur opérant au noir pendant l’Occupation dans La Traversée de Paris (1956).

À partir de ce moment et jusqu’à sa mort en 1970, il était une star bien connue qui a alterné entre les rôles dramatiques et comiques. Plusieurs de ses films, dont Les Misérables et Le Miroir aux deux visages (1958), Le Bossu (1959), Le Capitan et Fortunat (1960), Un drôle de paroissien, Le Magot et La Cuisine au beurre de Josefa (1963), La Ville of Unspeakable Fear (1964) et The Accused (1966), sont devenus (1970).

L’homme politique Dominique Raimbourg et l’économiste Philippe Raimbourg le revendiquent tous deux comme leur père. Second fils des agriculteurs Albert René Raimbourg (1889-1918), qui a succombé à la grippe espagnole pendant la Première Guerre mondiale, et d’Eugénie Pascaline Hortense Marie Pesquet (1891-1970), André Robert Raimbourg 1, dit Bourvil, est né d’eux. Sa mère était revenue dans sa ville natale de Bourville en 1921, et il y passa sa jeunesse avec elle et son nouveau mari, un fermier nommé Joseph Ménard. Ainsi, il était le frère aîné de René Raimbourg (ophtalmologiste au Havre), le frère cadet de Denise (1919-2006), le demi-frère de Thérèse, et le demi-frère de Marcel Ménard, futur maire du Commune de Bourville 2.

C’était un étudiant brillant qui a obtenu son diplôme en tête de sa classe. Bien qu’il ait toujours eu l’intention d’être agriculteur, il change de carrière et s’inscrit à la formation des enseignants à l’école primaire de Doudeville pour les grands garçons. Son éducation rigide au pensionnat l’a rebuté et il est parti après seulement deux ans pour travailler dans la ferme familiale. Les festivités familiales, les banquets et les foires qu’il donne incluent souvent aussi ses singeries effrontées d’enfant de chœur. En tant que clown, il commence à chanter les chansons de Fernandel, ce qui lui vaut le surnom de “Norman Fernandel” 4. De temps à autre, la famille charge le cheval de la ferme et se rend à Fontaine-le-Dun, la capitale du canton, pour faire ses courses au marché des producteurs locaux. En 1936, il s’installe dans cette ville et commence à jouer dans la fanfare locale, où il rencontre sa future épouse, Jeanne Lefrique (1918-1985), dont le père travaille comme contremaître à l’usine sucrière locale.

Le Fils De Bourvil
Le Fils De Bourvil

Mitron a débuté sa carrière de pâtissier à Saint-Laurent-en-Caux à l’âge de 17 ans ; en 1936, il s’était installé à Rouen. En 1937, à l’âge de 6 ans, il décide de se lancer dans la peinture après avoir assisté à un spectacle de son héros Fernandel dans un cirque de Rouen.

Il anticipe l’appel et s’engage dans l’armée pour deux ans afin d’intégrer la fanfare militaire avec l’arme de son choix. Le 20 février 1937, il est envoyé à Paris et affecté au 24e régiment d’infanterie. Ses colocataires en 1938 le taquinent à propos de son inscription à l’émission de radio Les Fiancés de Byrrh à Radio-Paris puisqu’il est cornettiste dans la fanfare militaire. En tant qu’Andrel (clin d’œil à son inspiration, Fernandel), il chante Ignace et remporte le prix Byrrh de 300 francs, qu’il dépense rapidement pour un accordéon numéro 7.

Il est démis de ses fonctions après la bataille de France et exerce plusieurs métiers subalternes dans la capitale (plombier, garçon de courses pour une société fiduciaire) tout en se produisant également dans des radios, des cabarets et des music-halls. Le public a cessé de rire des imitations de Fernandel, il a donc porté un pantalon noir et une chemise moulante pour incarner l’innocent “comique paysan” Andrel devenu Bourvil en 1942 8. Comme son cousin germain Lucien Raimbourg travaillait déjà dans l’industrie, il a décidé de choisir ce nom de scène en l’honneur de la petite ville où il a grandi pour éviter tout malentendu. Parfois, certains peuvent l’appeler “André Bourvil” (le 11e arrondissement de Paris abrite un théâtre nommé “Théâtre André-Bourvil”). Son dernier film, Le Cercle rouge, l’a crédité et à l’affiche sous ce nom. Dans les premiers films, il a été forcé de jouer lerôle d’idiot, mais il a reconnu qu’il avait besoin d’évoluer. Lorsqu’on lui demande de se produire en vedette devant son public lors d’un gala au cirque de Rouen le 9 décembre 1951, les Normands lui sifflent parce qu’ils sont bouleversés par l’image d’un paysan niais qu’il présente d’eux, et cette marque le début de la fin de sa gloire. Il finit par renoncer aux prouesses de chant et se lance dans l’opérette, notamment avec sa merveilleuse compagne Pierrette Bruno, avec qui il finit par se séparer en 1962 lorsque la presse dénonce leur liaison14,15. Malgré Marcel Aymé et les premières hésitations du producteur, Claude Autant-Larain le recrute pour le film de 1956 La Traversée de Paris. Dans ce film, il déploie toute l’étendue de ses talents d’acteur dans le rôle pivot de l’acteur 16. Dans le film de 1963 Le Magot de Josefa, réalisé par Claude Autant-Lara, il reprendra son rôle.

L’heure exacte de sa naissance ?


Prétot-Vicquemare, France, 27 juillet 1917

L’heure de sa disparition ?


Plus précisément, c’était à Paris, en France, le 23 septembre 1970.

Dites-moi son nom en entier.


Cet homme s’appelle André Robert Raimbourg.

Découvrez ses statistiques, s’il vous plaît.


Environ 1,72 mètre de hauteur décrit sa stature.

Exactement qui sont ses descendants, si quelqu’un?


Dominique et Philippe Raimbourg.

Le Fils De Bourvil

Les meilleurs tweets le concernant sont rassemblés ici.

Le fait que vous

puissiez conserver votre sens de l’humour malgré les défis auxquels vous avez été confrontés a été noté par Elle.
Est-ce une blague destinée à commémorer feu la reine Elizabeth II du Royaume-Uni ? Peu importe, permettez-moi de participer à l’hilarité provoquée par la farce hilarante de Bourvil et De Funès.

Lois a dit:

“Louis de Funès et Bourvil – quel couple extraordinaire.”

Bourvil, toujours une grande pensée pour cet immense artiste, répondit Funes

; “remerciez-le pour tous ces merveilleux souvenirs heureux.”

Une déclaration de Nat


Le corniaud et un autre grand comédien, Bourvil. Cette scène de poursuite en voiture avec Funès est géniale.

https://www.youtube.com/watch?v=tTTwOxODWy0
Le Fils De Bourvil

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *