Karim Zeribi Affaire

Karim Zeribi Affaire
Karim Zeribi Affaire
Karim Zeribi Affaire

Karim Zéribi, ancien eurodéputé marseillais, a été condamné à deux ans de prison.
L’ancien conseiller municipal d’EELV Marseille a été fustigé pour avoir mélangé les genres dans ses organisations financées et sa carrière politique. Il a qualifié le procès de “procès politique” et a déclaré qu’il ferait appel.

Karim Zeribi Affaire
Karim Zeribi Affaire


L’ancien député européen Karim Zéribi (EELV) a été condamné mercredi à deux ans de prison, 50 000 euros d’amende et trois ans de privation des droits et privilèges civils, dont l’éligibilité, par le tribunal correctionnel de Marseille (Bouches-du-Rhône) pour manquement de confiance et d’exploitation des actifs de l’entreprise.
“Il a détourné des deniers publics pour les affecter à des dépenses purement personnelles destinées à faire avancer ses objectifs politiques”, a déclaré Céline Ballérini, présidente du tribunal, dans son verdict.

Karim Zeribi Affaire

Karim Zeribi Affaire
Karim Zeribi Affaire

Avant de quitter la présidence, l’ancien élu était reconnu comme le gestionnaire de facto de deux organisations qu’il a fondées pour rapprocher les jeunes des banlieues de la citoyenneté et du monde de l’entreprise. L’Etat, le conseil régional Provence-Alpes-Côte d’Azur et le conseil général des Bouches-du-Rhône ont tous parrainé ces institutions, Agir pour la Citoyenneté (APC) puis APC-Recrutement. Le tribunal souligne que seules quelques activités liées à leur but associé ont été menées, mais les deux structures ont évidemment contribué au seul rôle du tribunal et à la dissimulation de démarches et d’actions personnelles menées selon un calcul politique.
Un “procès politique” est en cours.
Les juges ont remarqué que le personnel de ces organisations contribuait davantage aux efforts électoraux de Karim Zéribi. De même, les associations ont été utilisées pour financer une enquête qui était en partie basée sur sa célébrité ou les loyers de son groupe de réflexion. Karim Zéribi, qui était le PDG d’un cabinet qui devait contrôler la rémunération de ses consultants, a également été condamné à cinq ans d’interdiction de gestion par le tribunal.
Ancien conseiller municipal d’EELV Marseille et actuel responsable de l’engagement social et de la transition écologique de la SNCF, écrivain dans l’émission “Équilibrez votre travail !” dénonce un « procès politique ». Après son passage en tant que l’un des “Grandes gueules” de RMC, il a affirmé qu’il allait déposer un recours contre cette “mauvaise blague”. Il a poursuivi en disant: “Nous voulions montrer l’exemple.” “Le tribunal, comme à l’accoutumée, s’est dit : Zéribi est un homme politique, il faut donc le condamner.” “Cependant, il a choisi la mauvaise cible.”

Karim Zeribi Affaire
Karim Zeribi Affaire


Quatre co-conspirateurs ont été condamnés à des peines de prison allant de trois à six mois, dont son fils, qui a été désigné comme le « gestionnaire de paille » d’une des entreprises. Un sixième prévenu, qui avait pris la présidence des deux groupes pour tenter d’améliorer leur situation financière, a été acquitté d’une partie des faits mais reconnu coupable d’avoir collecté des fonds remis à la justice en remboursement de charges injustifiées. Il a été épargné par le tribunal.
Mercredi, la cour d’appel des Bouches-du-Rhône a infligé à l’ancien maire de Marseille Karim Zéribi une sanction plus sévère qu’en première instance. Le chroniqueur (RMC, CNews) a été condamné à deux ans de prison avec sursis et 50 000 euros d’amende par le tribunal correctionnel de Marseille le 9 septembre 2020 pour abus de confiance et abus de fonds social.
Selon La Provence, le tribunal d’Aix a également imposé une suspension de cinq ans des droits civils et civiques, ainsi qu’une restriction de gestion de cinq ans. Il a également été contraint de renoncer à la valeur de sa maison marseillaise pour un total de 109 000 euros à titre de sanction supplémentaire.

Karim Zeribi Affaire
Karim Zeribi Affaire


Subventions détournées de la région Paca
Les faits concernent son poste à la SNCF de directeur de l’engagement social et de la transformation écologique. Il a été reconnu coupable d’avoir détourné des subventions à des fins politiques fournies par les gouvernements locaux à deux organisations qu’il a fondées en 2001 et qu’il a ensuite abandonnées en tant que président.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *