Grand Jojo Enfants

Grand Jojo Enfants
Grand Jojo Enfants

Le Grand Jojo, chanteur belge, est décédé le 1er décembre 2021, à l’âge de 85 ans, des suites d’une longue maladie.

Après une longue carrière musicale qui a débuté à la fin des années 1960, il a annoncé sa retraite en juin. Son répertoire atmosphérique comprend plusieurs chansons emblématiques qui ont façonné la culture populaire belge, telles que « On a faim », « Jules César » et en particulier « E viva Mexico ». Le 6 juillet 1936, Jules Jean Vanobbergen prend la parole pour la première fois dans une maternité d’Ixelles. Il a eu sa première représentation publique au Derby, un café de Koekelberg, à l’âge de trois ans, interprétant “I’ll wait” de Rina Ketty, selon sa biographie sortie en 2015.

Grand Jojo Enfants
Grand Jojo Enfants

Lorsque la guerre éclate, son père cherche refuge en zone franche bordelaise. Jules Van Eeckhout, le grand-père maternel de Jean, lui est alors confié à Koekelberg. Jules Jean a passé sa jeunesse et son adolescence à Molenbeek, entouré d’amis, de sport et de cinéma. Il abandonne l’école à l’âge de seize ans pour poursuivre son rêve de devenir peintre à l’académie. Il sert dans l’armée pendant deux ans, d’abord à la base aérienne de Florennes comme batteur dans le premier orchestre de chambre de l’armée, puis à Zeelik.

Grand Jojo Enfants
Grand Jojo Enfants

Le gars à la moustache a exercé plusieurs métiers avant de devenir le Grand Jojo, ou “Lange Jojo” en néerlandais, et le créateur de nombreuses chansons d’ambiance. Il a été embauché comme étalagiste dans un magasin d’électroménager au milieu des années 1950, mais en raison de sa compréhension du sujet, il a finalement été transféré à la section des disques de jazz en tant que spécialiste. Selon sa biographie, il a ensuite travaillé pour National Music, l’entreprise qui contrôle la marque de jukebox Würlitzer en Belgique, où il était en charge de la programmation de ces machines.

“Victor le footballeur” est un personnage fictif.

Grand Jojo Enfants

Grand Jojo Enfants
Grand Jojo Enfants

Sa propre carrière musicale débute à la fin des années 1960, avec un pari réussi sur l’envie de composer des chansons « pour faire la fête ». Grand Jojo – un surnom qu’il a gagné pendant ses années d’école à Koekelberg – et son groupe ont publié leur premier 45 tours en 1969, qui a été immédiatement suivi d’un deuxième opus. Sa popularité a commencé à croître. Il enregistre ses chansons pour le label Vogue Belgique dans les années 1970, en compagnie d’un certain Johnny Hallyday… Claude Barzotti, une connaissance de longue date, est également de la partie. Ses 45 premiers tours avec Vogue, dont le parcours “Don Juan”, ont été un énorme succès.

Suivront « Le French Cancan » (1973), le premier grand succès de « Lange Jojo » en Flandre, et « Victor le footballeur » (1974). Lou Depryck est également arrivé chez Vogue en 1978. Parce que Lou sera aussi son producteur, c’est le début d’une belle relation. « Le Tango du Congo », lancé en 1972, est toujours l’une de ses premières œuvres. Les plus célèbres “Jules César” et “Sur la soif” ont été parmi les premiers à apparaître.

Grand Jojo Enfants
Grand Jojo Enfants

“E viva Mexico”, enregistré en 1986 pour commémorer la victoire spectaculaire des Diables rouges en Coupe du monde au Mexique, est toujours l’une de ses chansons les plus connues. Depuis lors, le terme a été utilisé comme hymne sportif dans plus de 50 pays. On peut aussi entendre la chanson lors de la chute du mur de Berlin ou dans les films de Clint Eastwood ou de Gene Hackman, comme le chanteur l’a révélé lors de la présentation de sa chanson de Coupe du monde 2014, “Viva Brasil”.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *