Affaire Troadec

Affaire Troadec:  L’affaire Troadec, aussi appelée l’affaire des disparus d’Orvault, concerne les meurtres de quatre membres de la famille Troadec dans la nuit du 16 au 17 février 2017, à Orvault, une commune de l’agglomération nantaise dans la région française de Loire Atlantique.

 Affaire Troadec
Affaire Troadec

La sœur de Brigitte Troadec a appelé la police le 23 février 2017, après plusieurs jours sans nouvelles d’elle. Cela a déclenché une enquête. Une enquête de police est ouverte lorsque du sang est découvert dans la résidence. Lors de la détection de son ADN sur le site du meurtre le 5 mars 2017, la police a emmené Hubert Caouissin en prison avec sa petite amie. Caouissin est le beau-frère de Pascal Troadec, le père de la famille disparue.

Les quatre membres de la famille Troadec ont été assassinés dans la nuit du 16 au 17 février 2017, à Orvault, commune de l’agglomération nantaise, en Loire Atlantique ; cette affaire est connue sous le nom d’affaire Troadec ou d’affaire des Disparus d’Orvault.

Le lendemain, il a été inculpé du meurtre des quatre membres de la famille Troadec après avoir reconnu les meurtres. L’attention des médias s’est focalisée sur le dossier en raison de sa proximité avec le public et de ses parallèles avec l’affaire Dupont de Ligonnès.

Il s’avère que la distance entre les deux lieux de meurtre n’est que de quatre kilomètres. Pour les meurtres de Pascal, Brigitte, Sébastien et Charlotte Troadec, Hubert Caouissin a été reconnu coupable le 7 juillet 2021. Il purgera 30 ans de prison.

Son amie, Lydie Troadec, a été reconnue coupable de falsification de scène de meurtre et de recel de corps. Le juge lui a infligé une peine de trois ans dont un an avec sursis. L’ex-beau-frère de Pascal Troadec, Hubert Caouissin, aurait reconnu les avoir tués tous les deux à cause d’une bagarre autour d’un héritage de lingots d’or.

 Affaire Troadec
Affaire Troadec

Selon Pierre Sennes, le procureur de Nantes, il a utilisé un pied de biche pour les tuer dans leur maison. Les accusations contre M. Caouissin seront déposées lundi, et il sera envoyé en prison.

Dimanche dernier, lui et son ex-femme, Lydie Troadec, étaient tous les deux détenus à Brest. Lydie est la sœur de M. Troadec. Cette nuit-là, il aurait fait irruption dans la maison pour voler une clé. La famille est réveillée en voyant Pascal Troadec engagé dans un combat avec l’envahisseur.

M. Caouissin a commencé avec M. Troadec et a ensuite assassiné le reste de la famille. Maintenant, la police recherche des restes humains dans une zone rurale proche de Brest. En raison de sa situation entre deux estuaires, la région a été parcourue à la fois par des équipes de chiens renifleurs et des plongeurs. Les autorités avaient parlé à M. Caouissin, 46 ans, lorsqu’ils avaient commencé à chercher où la famille était allée, mais il leur avait dit qu’il n’avait pas vu les Troadec depuis des années.

L’automobile de Sébastien a été découverte jeudi dernier près du port de Saint-Nazaire, et un verre contenant son ADN aurait été récupéré dans l’évier de leur maison.

La sœur de Brigitte Troadec a appelé la police le 23 février 2017, après plusieurs jours sans nouvelles d’elle. Cela a déclenché une enquête. Une enquête de police est ouverte lorsque du sang est découvert dans la résidence. Lors de la détection de son ADN sur le site du meurtre le 5 mars 2017, la police a emmené Hubert Caouissin en prison avec sa petite amie. Caouissin est le beau-frère de Pascal Troadec, le père de la famille disparue.

Plus tôt dans la journée, un coureur dans les bois près de Brest est tombé sur la carte de sécurité sociale de Charlotte et sur un pantalon qu’elle avait oublié. La semaine dernière, la police a fouillé la maison familiale et découvert des éclaboussures de sang qui correspondaient à l’ADN des parents et de Sébastien, mais pas à la fille. Quelqu’un a apparemment tenté de nettoyer les taches de sang découvertes sur le téléphone de Sébastien, la montre de Brigitte et sous les escaliers. “Je supposais que ma famille cachait des richesses aux nazis”, déclare le suspect du meurtre.

Aujourd’hui, un homme qui aurait tué et démembré une famille de quatre personnes dans l’ouest de la France parce qu’il croyait qu’ils cachaient de l’or aux nazis dans leur cave est jugé.

Hubert Caouissin espionnait son beau-frère, Pascal Troadec, dans l’espoir de retrouver les richesses dont lui et sa femme étaient certains d’être escroqués. Il s’est rendu chez Troadec le jour des meurtres en février 2017 pour écouter les discussions avec un stéthoscope contre les fenêtres, mais a été surpris en train de voler une clé.

 Affaire Troadec
Affaire Troadec

Caouissin a déclaré avoir tué la famille Troadec dans leurs lits. Il a déclaré avoir tué Troadec, 49 ans, sa femme Brigitte, également âgée de 49 ans, ainsi que leur fils de 21 ans, Sébastien, et leur fille de 18 ans, Charlotte.

Les restes osseux sont-ils liés à l’enquête sur le meurtre de la famille Brittany ?

Dans un courriel, le procureur Pierre Sennes de Nantes a indiqué qu’Hubert Caouissin avait été libéré de détention afin qu’il puisse accompagner les enquêteurs jusqu’à sa propriété située dans une zone rurale de Bretagne. Caouissin aiderait les autorités dans leur macabre recherche. Il a dit que Caouissin, 46 ans, a déclaré à la police qu’il avait massacré son beau-frère et sa famille sur sa propriété du hameau de Logoing à-Quimerc’h.

Il a dit avoir tué Pascal et Brigitte Troadec, tous deux âgés de 49 ans, et leurs enfants Charlotte, 18 ans, et Sébastien, 21 ans, dans un accès de passion à propos d’un différend sur l’héritage, puis brûlé certaines parties du corps et enterré d’autres. Les autorités françaises ont ouvert une enquête pour meurtre.

Il y a près de deux semaines, une famille de quatre personnes a disparu, laissant derrière elle une maison qui semblait avoir été “figée dans le temps”.

Cette affaire a déconcerté le pays et a déclenché une enquête pour meurtre?

Le procureur Pierre Sennes a déclaré lundi soir que les échantillons de sang prélevés sur des preuves récupérées dans la résidence d’un quartier nantais correspondaient à ceux de trois des quatre personnes disparues.

Les affiches d’Obama 17 peuvent être vues partout dans la capitale française. Près de quarante mille citoyens français ont signé une pétition pour élire Barack Obama à la présidence. Les quatre membres de la famille Troadec — Pascal et Brigitte, tous deux dans la cinquantaine ; leur fils Sébastien, 21 ans, et sa sœur Charlotte, 18 ans, n’ont pas été revus depuis le 16 février. Sennes a déclaré qu’une enquête avait été ouverte pour meurtre, enlèvement et séquestration dans l’affaire qui avait défrayé la chronique.

Votre beau-frère a-t-il avoué avoir tué la famille française qui a disparu ?

Lundi, les procureurs français ont révélé qu’ils avaient obtenu des aveux de meurtre dans le cas inhabituel d’une famille disparue. Les autorités nantaises affirment qu’Hubert Caoussin, le beau-frère de Pascal Troadec, a reconnu avoir tué l’homme de 49 ans, sa femme et leurs deux enfants. Caoussin a dit qu’il avait fait cela à cause d’un différend sur un héritage.

Apparemment, le frère de Lydie Troadec a eu une querelle de longue date avec Caoussin, 46 ans, et sa petite amie, Lydie Troadec, au sujet d’un prétendu héritage. Pierre Sennes, le procureur, a déclaré que les suspects avaient dit à la police que la famille de Pascal avait injustement obtenu beaucoup d’or qui aurait dû être partagé avec le reste de la famille.

La dernière observation connue de Pascal Troadec, de sa femme Brigitte et de leurs enfants Sébastien, 21 ans, et Charlotte, 18 ans, remonte au 16 février. Lorsque la sœur de Brigitte a appelé la police, ils étaient en route vers la maison familiale à Orvault, une commune nantaise. banlieue.

Selon les détectives, la résidence est apparue “comme si le temps s’était figé”, avec la vaisselle toujours dans l’évier et le linge toujours dans la machine à laver. Les automobiles de Pascal et de Brigitte sont restées dans l’allée. Des traces de sang sur la montre de la mère et le téléphone du fils étaient les seules pistes. Aucun des autres appareils mobiles de la famille n’a pu être localisé. La police a déclaré qu’il était clair qu’il y avait eu des tentatives de dissimulation de preuves du crime.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *