Mylene Demongeot Jeune

Mylene Demongeot Jeune. Mylène Demongeot (née Marie-Hélène Demongeot le 29 septembre 1935) est une actrice française qui a travaillé pendant plus de 60 ans. [1] Depuis 1953, elle a joué dans 72 films. Demongeot s’est fait connaître et a été acclamée pour son interprétation d’Abigail Williams dans le film franco-allemand The Crucible (1957), pour lequel elle a reçu une nomination au BAFTA pour le meilleur espoir au cinéma. Milady de Winter dans Les Trois Mousquetaires (1961) et Fantômas (1964), réalisé par André Hunebelle, sont deux des rôles les plus connus de l’actrice blonde.

Il est difficile de croire que Mylène Demongeot (née Marie-Hélène Demongeot le 29 septembre 1935) a eu une carrière de plus de sept décennies et plus d’une centaine de génériques dans des productions françaises et italiennes anglophones.

Apprenez-en plus sur elle sur : https://www.imdb.com/name/nm0218634/

 Commercialement, elle est surtout reconnue pour son rôle dans Les Trois Mousquetaires en tant que Milady de Winter (1961). Pour son rôle d’Hélène Gurn dans la trilogie Fantomas (Fantômas, Fantômas Unleashed et Fantomas vs Scotland Yard), elle a acquis un culte parmi les fans des films (1967). Avec David Niven dans Bonjour Tristesse (1958), elle a joué dans de nombreuses comédies au Royaume-Uni, dont It’s a Wonderful World (1956) et Upstairs and Downstairs (1957). (1959). L’une des stars de cinéma les plus connues des années 50 et 60 et l’une des plus polyvalentes, elle a joué dans tout, des thrillers et westerns aux comédies et même aux longs métrages historiques comme Romulus et les Sabines (1961). (1963). Pour sa performance en tant qu’Abigail Williams dans The Crucible (1957), elle a été nominée pour le prix BAFTA du nouveau venu le plus prometteur dans des rôles principaux au cinéma, et elle a été nominée deux fois pour la meilleure actrice dans un second rôle aux César Awards pour 36 Quai des Orfèvres (2004) et Californie française (2005). (2006). Boris Cyrulnik, éthologue et neuroscientifique, lui a décerné la Légion d’honneur[16] en 2017 et l’Ordre des Arts et des Lettres[17] en 2007 alors qu’elle était encore citoyenne française.

Mylene Demongeot Jeune
Mylene Demongeot Jeune

Elle a joué avec David Niven dans Bonjour Tristesse d’Otto Preminger aux États-Unis (1958). Elle est apparue dans de nombreuses comédies au Royaume-Uni, dont It’s a Wonderful World (1956) et Upstairs and Downstairs (1959).

Elle est également nominée aux César pour ses rôles dans 36 Quai des Orfèvres (2004) et La Californie (2006).

Elle a été scénariste pour l’émission de radio RTL de Philippe Bouvard Les Grosses Têtes de septembre 2013 à juin 2014.

Elle est membre du comité d’honneur de l’Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD).

Demongeot est né à Nice, dans le sud de la France.

[3] De 1968 jusqu’à sa mort en 1999, elle a été mariée au cinéaste Marc Simenon.

Mylene Demongeot Jeune
Mylene Demongeot Jeune

Alfred Jean Demongeot, né le 30 janvier 1897 à Nice (fils de Marie Joseph Marcel Demongeot, militaire de carrière, et de Clotilde Faussonne di Clavesana, comtesse italienne) et Claudia Troubnikova, née le 17 mai 1904 à Kharkiv, sont les parents de Mylène Demongeot ( Ukraine). Leonid Ivanov, son demi-frère, est né le 17 décembre 1925 à Kharbin, en Chine, du premier mariage de sa mère. Mylène Demongeot, de son vrai nom Marie-Hélène Demongeot, est une actrice et productrice française née le 29 septembre 19351 à Nice.

Mylene Demongeot Jeune
Mylene Demongeot Jeune

Mylène Demongeot est la fille d’Alfred Jean Demongeot, né à Nice le 30 janvier 1897, et de Claudia Troubnikova, née à Kharkov (Ukraine) le 17 mai 1904 et décédée en 1986, et mariée le 22 décembre 1928.

Alfred Jean Demongeot (1897-1961), père de Mylène Demongeot, est le fils de Marie Joseph Marcel Demongeot 2, chevalier de la Légion d’honneur en date du 11 juillet 19143, 4, soldat de carrière, commandant d’infanterie, commandant de bataillon dans le 76e IR à partir du 8 février , 1914, né le 13 juillet 1869 à Langres, Haute-Marne, décédé le 6 mai 19175, 6, et marié

Léonide Ivanoff, son demi-frère, est né à Kharbin (Chine) le 17 décembre 1923 (officiellement le 17 décembre 1925, mais il a été « rajeuni » de deux ans par sa mère et son « beau-père », pour compenser le retard qu’il avait pris à l’école en raison de leurs nombreux déménagements dans différents pays ; sa date de naissance a été « changée » en modifiant ses papiers russes, son pays d’origine – l’Ukraine aujourd’hui [réf. nécessaire]), du coup Mylène Demongeot a grandi en Nice (Alpes-Maritimes), passant les quatre premières années de sa vie avec sa grand-mère paternelle au 1, rue Frédéric-Passy, ​​alors que ses parents vivaient à Paris. Ses parents arrivent à Nice fin 1939, juste après le déclenchement de la guerre.

Mylene Demongeot Jeune
Mylene Demongeot Jeune

Sa famille a déménagé à Paris quand elle avait 13 ans. Marguerite Long et Yves Nat lui ont enseigné le piano, et elle s’est également inscrite au cours de Simon, qu’elle a abandonné pour suivre celui de Marie Ventura. Elle apparaît pour des tournages publicitaires aux côtés de ses premières modestes apparitions au cinéma, à partir de 1953, et tombe amoureuse du photographe Henry Coste (1926 – 2011), qu’elle rencontre en 1956. C’est en partie à cause d’un de ces films qu’elle est reconnu par Raymond Rouleau, qui cherchait « son Abigail » pour son prochain film, Les Sorcières de Salem, qui apporta la consécration de Mylène en 1957 à l’âge de 21 ans. Henry Coste l’épousa en 1958 après un divorce. En 1968, ils divorcent.

Mylene Demongeot Jeune
Mylene Demongeot Jeune

Ses cheveux blonds et son élégance coquine la distinguent d’une autre jeune actrice à la mode, Brigitte Bardot, à ses débuts. Elle va cependant se différencier de BB, avec qui elle entretient une relation et un amour des animaux, en élargissant son travail. Elle s’impose très tôt dans des productions internationales, notamment Bonjour tristesse de Preminger en 1958 et, notamment, en Italie. Avec le péplum La bataille de Marathon et son implication fort mémorable avec Laurent Terzieff dans un épisode marquant du film Les Garçons de Bolognini, elle s’est hissée au rang de célébrité très populaire dans cette nation en 1959.

En 1961, Mylène Demongeot était mannequin.

Ses impressionnantes performances dramatiques dans les films de Baker L’Inassouvie de Risi (1960) et The Black Rider (1961) ont été largement négligées car elle était facilement classée comme une « blonde sensuelle » à l’époque. Même si elle incarne des personnages coquins et édifiants dans les beaux marivaudages de Deville (Parce que, À cause d’une femme, L’Appartement des filles), il semble que les producteurs et les fans la préfèrent dans des séries populaires comme Les Trois Mousquetaires ou Les Fantômas.

La Française Mylène Demongeot, ancienne mannequin russe devenue actrice ?

Mylene Demongeot Jeune
Mylene Demongeot Jeune

Non, je n’ai pas encore vu “Fantomas” ou “Les Trois Mousquetaires”. Toute mention de Mylène Demongeot me vient à l’esprit. Elle était la fille d’un émigré russe, Klavdia (Claudia), et d’un italien, Alfredo Demongeot, né à Nice le 29 septembre 1936. Depuis l’âge de 15 ans, la ravissante demoiselle travaille comme mannequin pour le créateur Pierre Cardin. . Et Mylène Demongeot a fait ses débuts au cinéma à l’âge de dix-sept ans. Parmi ses amants figuraient Jean Marais, Yves Montand, Louis de Funes, Gérard Depardieu, Jean-Paul Belmondo et bien d’autres. Pour sa performance en tant qu’Abigail Williams dans le film franco-est-allemand The Crucible (1957), Demongeot a été nominée pour un BAFTA Award du meilleur nouveau venu au cinéma. Pour ses contributions à la littérature et aux arts, Mylène Demongeot a été honorée de l’Ordre du Commandeur des Arts et des Lettres en 2006. Dans le film Orfevr Quay, 36 ans, elle a été nominée pour l’équivalent français d’un Oscar – le prix du film “Cesar” – pour son rôle de femme bandit. En 2008, le film “Sous les toits de Paris” de Mylène Demongeot est projeté au 30e Festival international du film de Moscou. Président d’honneur du Festival international du court métrage “Kharkov Lilac” depuis 2009. Quatre œuvres de Mylène Demongeot : “Kharkiv Lilac”, “Secrets of Drawers”, “Outrageously Your” et “The Trap” sont des œuvres de l’auteur (sur l’alcoolisme). Mylène Demongeot a eu un mariage de 12 ans avec Henry Cost, un photographe. Jusqu’à sa mort en 1999, elle avait 35 ans de mariage avec son deuxième mari, le cinéaste Marc Simenon (le fils aîné du célèbre écrivain Georges Simenon).

Est-ce que MYLNE DEMONGEOT VAUT LE TEMPS ?

Mylene Demongeot Jeune
Mylene Demongeot Jeune

Lorsque Mylène Demongeot n’était qu’une petite fille en 1935 à Nice, en France, elle est devenue une actrice de cinéma et de télévision bien connue et une productrice, compositrice et auteur-compositeur. Mylène Demongeot, blonde icône du sexe du cinéma français des années 1950 et 1960, a surmonté le typage et fait une longue pause avant de faire un retour fulgurant à 70 ans. Des films tels que la trilogie Fantomas figuraient parmi ses plus de 70 crédits. Fille d’une famille d’acteurs français, Marie-Hélène Demongeot est née à Nice, en France, le 29 septembre 1935. C’est à Nice qu’elle a grandi après avoir rencontré ses parents à Shanghai, en Chine. Mère Klaudia Trubnikova était une immigrante de Kharkiv, en Ukraine, une femme russo-ukrainienne qui a fui la guerre civile en Russie. Son père, Alfred Demongeot, était d’origine française et italienne. Quand Mylène était jeune, elle parlait à la fois le russe et le français, mais elle a finalement décidé de s’en tenir au français. Elle a été victime d’intimidation dans son enfance à cause de la couleur de ses yeux et elle se souvient des choses blessantes qu’ils ont dites à son sujet (elle louchait jusqu’à ce qu’elle se fasse opérer à l’adolescence). Enfant, elle était attirée par la musique et le cinéma pour échapper aux horreurs de la Seconde Guerre mondiale, qui a ravagé l’Europe. Elle part pour Paris à l’âge de 13 ans pour y poursuivre ses études de son plein gré. Elle a été enseignée par Marguerite Long et Yves Nat, qui étaient des pianistes accomplis. Par la suite, elle poursuit des études d’art dramatique au Cours Simon à Paris sous la tutelle de Maria Ventura. Elle était mannequin pour l’atelier de Pierre Cardin alors qu’elle n’avait que 15 ans. Le film Les enfants de l’amour (1953) marque les débuts cinématographiques de Mylène à l’âge tendre de 17 ans (“Children of Love”). Elle est devenue une star internationale lorsqu’elle est apparue dans trois ou quatre longs métrages par an à la fin des années 1950. Le 7 juin 1957, elle assiste au Théâtre Rex à Paris à l’inauguration du premier escalator de cinéma au monde avec Gary Cooper. Des scènes sexy entre elle et Montand sont mémorables dans Les sorcières de Salem (1957). (“Le Creuset”). Dans Sois belle et tais-toi (1958), elle incarne une trafiquante de bijoux de 17 ans dans son premier rôle principal notable. C’est dans Bonjour tristesse (1958) et Faibles femmes (1959) avec Alain Delon que Mylène développe son image à l’écran d’une maîtresse blonde manipulatrice, et s’enferme définitivement dans l’image cliché d’une séductrice humoristique (1959). Dans les films “d’époque”, elle a eu l’occasion de moderniser son image. Tout en travaillant avec Steve Reeves dans “The Giant of Marathon” (1959), elle dépeint la manipulatrice et séduisante Andromède, et dans “Il ratto delle sabine” (1961), elle joue le rôle principal de Rea (“Romulus et les Sabines” ).

Comment décririez-vous La sage-femme ?

Mylene Demongeot Jeune
Mylene Demongeot Jeune

Clare (Catherine Frot) est une sage-femme surmenée et stoïque. Elle s’abstient à la fois d’alcool et de fumer. Elle semble ne rien manger sauf les légumes biologiques qu’elle y plante sur son lotissement. Paul (Olivier Gourmet), le sympathique camionneur du potager voisin, est repoussé par elle. Il vous reste des ensembles de pommes de terre ? Oui, mais pas du tout. La consternation et une certaine agressivité passive s’ensuivent lorsque son fils étudiant en médecine, entre autres choses, révèle qu’il a changé de majeure. Parce que le centre de naissance où Claire travaille maintenant ferme ses portes, elle et ses collègues devront chercher un emploi dans un méga-hôpital, ce qui est à peu près aussi excitant et excitant que Claire elle-même est ennuyeuse et corporative.

Dans le film, Deneuve est Béatrice, l’ancienne amante du père de Claire, interprétée par Catherine Deneuve. En tant que joueuse de longue date, fêtarde et faneuse fréquente, vous pouvez parier qu’elle commandera des frites et de la mayonnaise pour l’accompagner. Là pour faire la paix avec Claire après une longue absence et pour livrer un mal dont elle avait tant besoin, elle se présente. Structurellement, la dynamique des couples impairs se présente en arrêts et démarrages, ce qui pose problème. Compte tenu du peu de temps passé à l’écran du personnage de Deneuve, il est facile de croire qu’elle a reçu le même salaire que Robert Downey Jr. pour Spider-Man: Retrouvailles. Malheureusement, l’impact de Béatrice sur Claire est relativement minime et elle a peu d’effet sur elle. Dès que le rouge à lèvres est sorti, le camionneur d’à côté laisse échapper un halètement audible. Cependant, cela implique que Claire passe d’un wagon à un dosage. Lorsque Meryl Streep et Frot se sont affrontées lors du duel de Florence Foster Jenkins l’année dernière, la performance de Frot a nettoyé le sol avec Streep. Pendant ce temps, l’intrigue du jeune mourant (indice, clin d’œil) de Deneuve bégaie vers une conclusion ridicule.

Mylene Demongeot Jeune

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *