Deces Magistrate Nanterre

Deces Magistrate Nanterre : Un jeune magistrat, juge affecté à de nombreuses juridictions du Nord, s’est suicidé le 23 août 2021, envoyant une onde de choc dans tout le système judiciaire. Il avait 29 ans. Les syndicats s’empressaient de contester ses conditions de travail. Lors d’une audience correctionnelle au tribunal de Nanterre dans l’après-midi du mardi 18 octobre, un magistrat de 44 ans qui se sentait mal et présidait les comparutions immédiates est décédé (Hauts-de-Seine). Madame Marie Truchet, âgée de 44 ans, assurait la vice-présidence par intérim de cette instance. Notre enquête suggère qu’une autopsie soit pratiquée sans délai afin d’en savoir plus sur sa mort. Une enquête interne remettra également en cause le temps de réponse de vingt minutes du groupe d’aide. Il ne semblait pas y avoir quoi que ce soit dans les antécédents médicaux de la victime qui aurait pu nous dire que cette chose horrible allait arriver.

Deces Magistrate Nanterre
Deces Magistrate Nanterre

Sa salle d’audience était bondée, comme c’est généralement le cas pour les comparutions instantanées, lorsque des récidivistes ou des personnes prises en flagrant délit d’un crime grave sont jugées dans une série d’affaires qui peuvent durer jusque tard dans la nuit. Lors de son discours d’installation il y a quelques semaines, Benjamin Deparis, président du tribunal judiciaire de Nanterre et président de la Conférence nationale des présidents de juridictions judiciaires, a beaucoup parlé de la façon dont la cour est toujours en sous-effectif et de la dureté des magistrats.

Un jeune magistrat, juge affecté à de nombreuses juridictions du Nord, s’est suicidé le 23 août 2021, envoyant une onde de choc dans tout le système judiciaire. Les syndicats ont immédiatement remis en cause ses conditions de travail.

De nombreux collègues de Mme Truchet, magistrats et greffiers, ont été profondément touchés par sa disparition. Dans un courriel adressé à la communauté judiciaire, le directeur des services judiciaires (DSJ) de la chancellerie Paul Huber a exprimé ses sympathies « profondément émues » à la famille et aux collègues du défunt. Les magistrats et le personnel du tribunal judiciaire de Nanterre ont reçu mes condoléances et mon soutien et celui de mes collègues lors de ma visite mardi soir [18 octobre]. Ceux qui travaillent dans le système judiciaire ont maintenant accès à un service de conseil. Le ministère de la Sûreté et de la Justice promet qu’il “sera mobilisé autant que nécessaire pour aider la communauté judiciaire dans cette crise”. Mercredi, le garde des sceaux a communiqué avec les employés du tribunal en adressant le message suivant : En cette période éprouvante qui nous a tous touchés, sachez que vous avez mon soutien total et indéfectible. Son cœur « se brise pour ses proches et pour vous tous, ses collègues, qui avez travaillé avec elle », leur a-t-il dit. Au moment même où Éric Dupond-Moretti s’entretenait avec le président Deparis, le téléphone sonna.

Le Syndicat de la Magistrature et la CGT-Justice ont publié un communiqué conjoint le 30 janvier sous le titre “Oui, le travail tue” pour exprimer leur mécontentement face à l’opposition du ministère à leur demande d’expertise sur les conditions de travail au sein des juridictions dans un CHSCTM (comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail) du 25 janvier. Face à ce manque de respect, les syndicats ont accepté de faire l’impasse sur le prochain CHSCT ministériel du 18 octobre […]. Oui, le travail est mortel, surtout lorsque la structure du système de gestion rend impossible la jouissance de son travail. La mort tragique d’un magistrat la nuit dernière alors qu’il présidait une audience a ramené cette vérité qui donne à réfléchir, comme l’ont écrit les deux groupes. Une enquête exhaustive, disent-ils, a été ordonnée.

Béatrice Brugère, secrétaire générale de la Cellule Magistrats-FO, déplore “qu’aucun matériel de premiers secours ne soit disponible dans les cours et tribunaux de la nation, où circulent de nombreuses personnes”, tout en étant plus circonspecte sur les circonstances de ce décès. Même si une foule nombreuse fréquente régulièrement ces établissements, dit-elle, “il n’y a pas de défibrillateur en place à Nanterre”.

Un jeune magistrat, juge affecté à de nombreuses juridictions du Nord, s’est suicidé le 23 août 2021, envoyant une onde de choc dans tout le système judiciaire. Les syndicats ont immédiatement remis en cause ses conditions de travail. Un soi-disant “appel” signé par trois mille juges et cent greffiers a été publié dans Le Monde le 23 novembre. Les signataires ont déclaré dans leur tribune qu’ils “ne veulent plus d’une justice qui n’écoute pas et qui chronomètre tout”, attirant attention à la “douleur au travail” à l’intérieur du système judiciaire. Ils s’indignent une fois de plus en disant cette fois : « Le décalage substantiel entre notre volonté de rendre une justice d’excellence et la réalité de notre quotidien fait perdre de son sens à notre métier et génère une immense angoisse. Une demande de grève a alors émergé.

Deces Magistrate Nanterre
Deces Magistrate Nanterre

Des inquiétudes soulevées au sujet de la dotation?

Le barreau des Hauts-de-Seine a indiqué sur Twitter que la quadragénaire était “extrêmement assidue et très humaine. Elle avait à cœur de traiter les dossiers qui lui étaient confiés et de rendre des jugements motivés dans l’environnement d’un tribunal mal dégradé par le manque de ressources humaines et matérielles.”

Selon Le Point, la profession d’avocat a eu une forte émotion s sur le terrible meurtre. Dans un communiqué, le Syndicat de la magistrature et la CGT-Justice critiquent les conditions de travail dans les tribunaux : “Oui, le travail tue, surtout quand l’organisation qui réglemente le travail empêche un travail épanouissant”. La Cellule Magistrats-FO, en revanche, est plus prudente, et son secrétaire général s’est plaint du manque de matériel de premiers secours à Nanterre.

Serait-ce une mort inattendue ?

Un visiteur fréquent a déclaré à un journal parisien que tout le monde dans la salle d’audience était “clairement étonné”, y compris le parquet, les avocats, les greffiers et les policiers.

Au-delà de l’horreur de la mort, qui aurait été causée par une crise cardiaque, ce témoin souligne que les gens ont également été impressionnés par les réponses des prévenus présents dans le box, au premier regard. Des témoins oculaires ont déclaré au Parisien que malgré la peur qui règne dans la salle, le groupe semblait se réjouir de la conséquence fatale de la tragédie.

Une action immédiate pour sauver des vies ?

Même si les secours sont arrivés rapidement, les sapeurs-pompiers de Paris (BSPP) n’ont pas pu sauver la vie de la quarantaine de personnes déjà décédées, comme le rapporte Le Parisien. Le temps a passé, et finalement le SAMU est arrivé, mais leurs tentatives pour réanimer la victime ont été vaines.

Y a-t-il actuellement une sonde active ?

Le bureau du procureur a confirmé le début de son enquête sur la mort du président mardi soir. Il avait 44 ans. Le dossier sera traité par la direction de la sécurité et de la proximité des Hauts-de-territoires Seine (DTSP). Le « but de cet organisme est de prévenir et de réprimer les activités délictueuses » (préfecture).

Voici quelques-uns des tweets les plus populaires à ce sujet :

@nicolasputsc

Après le décès d’un magistrat de 44 ans, mardi 18 octobre lors d’une audience au prétoire de la ville, le parquet de Nanterre “a ouvert une enquête sur les causes du décès”.

@SGSDGFF

Nos pensées vont au personnel de Nanterre qui doit faire face à la perte d’un magistrat dans la salle d’audience.

@SMagistrature

Le magistrat qui présidait une audience de comparution immédiate à Nanterre est décédé hier, a-t-on appris. Nos pensées et nos prières accompagnent ses proches ainsi que ses collègues du système judiciaire.

@pabali75

A ma connaissance, un magistrat de Nanterre est décédé subitement. Mes plus sincères condoléances vont au conseil des magistrats de Nanterre et au tribunal de justice.

@barreau92

Le décès d’un magistrat, président d’une chambre pénitentiaire, hier soir en pleine audience a choqué le barreau des Hauts-de-Seine.

@FEDJF

La nouvelle du décès d’un magistrat, âgé de 44 ans, victime d’un infarctus lors d’une audience à Nanterre mardi, a suscité de vifs sentiments de chagrin et de colère dans l’opinion. J’offre mes plus sincères condoléances à ses proches et à ses collègues pour votre perte. Tous les avocats et professionnels du droit français sont en deuil. Une enquête est actuellement en cours.

@LaessyOA,

 président du tribunal judiciaire, est décédé mardi 18 octobre, lors d’une audience au prétoire de Nanterre de ce qui semble être une crise cardiaque (après avoir reçu le vaccin ???). L’âge du juge était de 44 ans.

Deces Magistrate Nanterre
Deces Magistrate Nanterre

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *