Caillebotte Jeune Homme À La Fenêtre

Caillebotte Jeune Homme À La Fenêtre. Jeune homme regardant par la fenêtre (français : Jeune homme à son fenêtre) est un tableau de Gustave Caillebotte (1848-1894), peint en 1876. Le tableau mesure 117 sur 82 centimètres (46 x 32 pouces) sur toile. Il fait partie de la collection du J. Paul Getty Museum de Los Angeles. René Caillebotte, frère de l’artiste, apparaît dans l’œuvre, habillé de façon décontractée et debout sur un balcon. Il regarde par la fenêtre de la maison familiale de la rue de Miromesnil à Paris en direction du boulevard de Malesherbes (la grande rue transversale oblique en arrière-plan). C’est une pièce du début de carrière de Caillebotte qui démontre son intérêt pour le réalisme urbain.

Par Gustave Caillebotte, un impressionniste français. La peinture à l’huile de Caillebotte, Les raboteurs de parquet (titre anglais : The Floor Scrapers), mesure 102 sur 146,5 centimètres (40,2 x 57,7 po). En 1894, le tableau est offert par la famille Caillebotte au Musée du Luxembourg.

Apprenez-en plus à ce sujet sur :

https://en.v.org/wiki/Young_Man_at_His_Window

Caillebotte Jeune Homme À La Fenêtre
Caillebotte Jeune Homme À La Fenêtre

Il a ensuite été transféré au Musée du Louvre en 1929. De la Galerie nationale du Jeu de Paume à Paris en 1947, il a été transféré au Musée d’Orsay à Paris en 1986, où il réside actuellement. La particularité de Caillebotte réside dans son effort pour concilier le dessin strict, le modelage et les valeurs tonales précises de l’Académie avec les couleurs vibrantes, les perspectives fortes, le grand sens de la lumière naturelle et le nouveau sujet du mouvement impressionniste. Avec ce tableau de 1875, Caillebotte continue d’explorer la relation entre la perspective et les choses que nous voyons autour de nous. On pense que le 77, rue de Miromesnil, dans le 8e arrondissement de Paris, était l’atelier de Caillebotte, puisque le spectateur se tient au-dessus de trois ouvriers qui grattent du bois avec leurs mains et leurs genoux. A l’arrière, une fenêtre laisse entrer un peu de lumière naturelle. Le torse exposé, les employés semblent en pleine discussion. Le contexte contemporain de l’intérêt de Caillebotte pour la nudité masculine a été lié à son homosexualité assumée, même si cela faisait partie d’un mouvement plus large qui a été initialement présenté par Courbet dans une image de deux lutteurs et n’était pas nécessairement limité aux peintres homosexuels. Il s’agit d’une des premières représentations de la classe ouvrière urbaine. C’est l’une des premières œuvres d’art de l’artiste. Cependant, dans une version considérablement modernisée, il revient à son sujet d’origine du nu masculin. Il est temps de remplacer les héros de l’Antiquité par des hommes contemporains forts et nerveux dans des positions dégradantes qui transmettent vraiment un message de puissance virile et de travail acharné. Par exemple, il y a des copeaux de bois éparpillés sur le sol, ainsi que des motifs de ferronnerie et des épaules et dos arqués des employés. L’œuvre de Caillebotte se rapproche de celle de son contemporain, Edgar Degas, en ce qu’elle représente la même action mais avec des attitudes différentes.

La composition, avec son thème d’une femme vue de dos à une fenêtre ouverte, a des parallèles dans le romantisme allemand, avec la Femme à la fenêtre de Caspar David Friedrich comme exemple célèbre (1822).

Caillebotte Jeune Homme À La Fenêtre
Caillebotte Jeune Homme À La Fenêtre

D’autres exemples sont Goethe de Johann Heinrich Tischbein à la fenêtre de sa chambre à Rome (1787) et The Morning Time de Moritz von Schwind (1857-1860).

La peinture de Caillebotte, en revanche, diffère de ses ancêtres allemands à plusieurs égards. Le gars regarde par la fenêtre, pas la nature, mais un paysage urbain. “Un plaisir fondamental de la vue de la fenêtre est notre émerveillement perplexe quant à ce que le spectateur regarde”, explique l’historien de l’art Kirk Varnedoe, “mais la construction de Caillebotte remplace cette enquête par quelque chose de complètement différent.” La peinture de Caillebotte établit une interaction étroite entre la figure principale au premier plan, les puissantes diagonales en perspective et le paysage urbain détaillé au-delà en plaçant le type hors du centre et en le présentant depuis une perspective relativement plus élevée. . Selon Varnedoe, “les oppositions intérieures-extérieures habituelles de la fenêtre sont donc réunies dans une interaction chargée, compétitive ou covalente, ce qui semble exceptionnel”.

Caillebotte Jeune Homme À La Fenêtre
Caillebotte Jeune Homme À La Fenêtre

Caillebotte expose ce tableau avec quelques autres de ses œuvres, dont Les raboteurs de parquet, lors de l’exposition Impressionnisme en 1876. Le succès technique des tableaux satisfait l’écrivain Émile Zola, mais pas le style : « Photographie de la réalité qui est pas estampillé de la marque originelle du talent du peintre, une chose misérable. » “Anti-artistique… pour la justesse de la copie”, a-t-il dit à propos de l’image. L’œuvre de Gustave Caillebotte Le Jeune homme à la fenêtre a été achevée en 1876. Le J. Paul Getty Museum de Los Angeles l’a. Il a une hauteur de 117 cm et une largeur de 82 cm.

René Caillebotte 1, 2, l’un des frères de l’artiste (décédé quelques mois plus tard), debout à la fenêtre devant un balcon de la maison familiale, 77 rue de Miromesnil, regardant en biais le boulevard Malesherbes 3, est représenté dans cette photo de dos. C’est une jeune pièce qui reflète l’intérêt de l’artiste pour le réalisme urbain et l’étude de la perspective.

Caillebotte Jeune Homme À La Fenêtre
Caillebotte Jeune Homme À La Fenêtre

Ce motif d’homme dos à la fenêtre apparaît souvent dans la peinture, en particulier dans la peinture romantique allemande 4. L’œuvre de Caillebotte s’écarte cependant des romantiques en ce sens que le personnage regarde de haut un environnement urbain plutôt que la nature. Ce tableau a été présenté à l’Exposition des impressionnistes en mars 1876, avec sept autres œuvres de Caillebotte, dont la célèbre pièce Les Raboteuses, aujourd’hui au musée d’Orsay, a été rejetée au Salon de 1875.

Émile Zola aime l’habileté affichée dans cette pièce, mais pas tant son style personnel. Cependant, il est un défenseur du naturalisme et un défenseur de la réalité sociale. 6, Zola considère cette peinture comme “” C’est une peinture anti-artistique, une peinture aussi propre que du verre, une peinture bourgeoise, pour la perfection de la peinture. “La photographie de réalité n’est pas estampillée du sceau d’approbation original du peintre, ce qui est dommage.” 7. En vérité, Zola ne savait pas comment interpréter la recherche de l’artiste pour les lignes transitoires, ainsi que la méditation de l’artiste sur les limites, le thème du seuil et la contemplation au-delà du temps. Zola n’en donne qu’une interprétation politique sommaire. L’habitude de Caillebotte d’observer « par procuration » le spectacle de la ville le laissait « un étranger au milieu de sa famille, proche et loin de tout le monde, au même niveau qu’au bord d’un vide » 8, comme si le temps s’était arrêté. (5)

Caillebotte Jeune Homme À La Fenêtre

Caillebotte Jeune Homme À La Fenêtre
Caillebotte Jeune Homme À La Fenêtre

Jeune homme à la fenêtre, vendue 53 millions de dollars en novembre 2021, était la pièce de Gustave Caillebotte la plus chère jamais vendue aux enchères (le précédent record était de 22 millions de dollars pour Chemin Rising en 2019). L’acheteur, le Getty Museum de Los Angeles, décrit l’image comme un « chef-d’œuvre du réalisme urbain moderne du XIXe siècle ». dix.

C’est un adolescent qui regarde par sa fenêtre ?

Caillebotte Jeune Homme À La Fenêtre
Caillebotte Jeune Homme À La Fenêtre

Le jeune homme à sa fenêtre) est une bonne illustration de l’utilisation fréquente par Gustave Caillebotte de diverses caractéristiques de la ville de Paris dans son travail, des plus importantes aux moins importantes. Les riches sont plus susceptibles d’être découverts en train de se la couler douce dans les rues de Paris (Paris Street, Rainy Day) que les pauvres (The Floor Scrapers). Dans cette peinture intime et personnelle de cet artiste, il représente un jeune homme regardant par sa fenêtre les magnifiques immeubles du centre-ville de Paris. Une technique similaire a été utilisée par l’artiste allemand Caspar David Friedrich, qui a fait la même chose mais de l’intérieur d’un paysage. La composition de cette œuvre a été soigneusement étudiée afin de véhiculer le plus d’informations possible. Le tapis et le mobilier se glissent dans l’image pour nous permettre d’en savoir plus sur le niveau socio-économique de l’homme. Les accents sculpturaux qui ornent ses fenêtres en disent beaucoup plus sur lui. Quand le reste de sa rue, qui a une continuation de l’architecture française, est ajouté à l’environnement général, il complète l’ensemble du tableau. La pièce la plus comparable à celle-ci est probablement la Femme à sa fenêtre de Salvador Dali, bien qu’il y ait eu d’autres peintres qui ont fait un travail similaire avant Caillebotte, la particularité de sa contribution étant le contexte métropolitain. Ce faisant, il démontre son amour pour la ville et aussi sa capacité à voir l’action humaine au milieu de l’agitation qui l’entoure. Selon Timothy Potts, Maria Hummer-Tuttle et Robert Tuttle, directeur du J. Paul Getty Museum, “Nous prévoyons que le Jeune homme à sa fenêtre de Caillebotte deviendra une nouvelle star dans notre populaire exposition impressionniste.” Cette peinture extraordinaire illustre la marque de réalisme urbain méticuleusement construite et tranchante de Caillebotte – si distincte de l’esthétique paysagère informelle d’artistes comme Monet et Renoir – et nous permettra de présenter à notre public une image complète de l’art associé au mouvement impressionniste . ” Lorsque Caillebotte peint “Jeune homme à sa fenêtre”, ce fut un tournant dans sa carrière artistique. La deuxième exposition d’impressionnisme eut lieu en 1876, à l’âge de 27 ans, et il reçut une standing ovation pour ce tableau. Alors que tous ses peintures ont été bien accueillies lorsqu’elles ont été présentées pour la première fois en public, celle-ci a été largement considérée comme la meilleure du groupe par les critiques.

Non, Caillebotte n’a pas peint ça ?

Caillebotte Jeune Homme À La Fenêtre
Caillebotte Jeune Homme À La Fenêtre

L’artiste parisien René Caillebotte, en tenue décontractée, se tient sur un balcon de la maison familiale de la rue de Miromesnil, contemplant le boulevard de Malesherbes depuis une fenêtre de l’hôtel familial (la grande rue transversale oblique en arrière-plan ). L’intérêt de Caillebotte pour le réalisme urbain se retrouve même dans ce premier tableau. Le romantisme allemand est bien connu pour sa représentation d’une femme regardant par la fenêtre par derrière, et la femme à la fenêtre de Friedrich en est un exemple célèbre. Son travail diffère de celui de ses ancêtres allemands à divers égards. Le gars ne regarde pas la nature, mais plutôt un paysage urbain. Kirk Varnedoe, un historien de l’art, dit que “l’un des attraits fondamentaux de la vue de la fenêtre est notre émerveillement perplexe quant à ce que le spectateur regarde; pourtant la construction de Caillebotte remplace cette enquête par quelque chose d’entièrement différent”. Utilisant une perspective légèrement surélevée, la peinture de Caillebotte établit une interaction tendue entre la personne au premier plan, des diagonales de perspective puissantes et une scène urbaine réaliste au-delà. Varnedoe affirme que “les oppositions régulières intérieur-extérieur de la fenêtre se rejoignent donc dans une interaction chargée, compétitive ou covalente, qui est évidemment unique”. Pour un œil non averti, le Paris d’Haussmann semble être exempt de radicaux désireux de nuire. La représentation de Caillebotte du nouveau quartier résidentiel d’Haussmann à l’angle de la rue de Miromesnil et de la rue de Lisbonne, qui a été rendue possible par la fenêtre lumineuse et ouverte, a été interprétée dans des études récentes comme la documentation de Caillebotte sur les bourgeois reprenant légitimement le contrôle de Paris à partir de les communards. Il est cependant impossible d’ignorer le contexte social, politique et historique dans lequel la pièce a été conçue. Le regard des Parisiens sur la ville à travers leurs vitrines les incite à repenser leur propre agence. Avec ses arcades, ses lampadaires et ses boulevards redessinés, le Paris contemporain a transformé la ville en terrain de jeu pour la haute société. Malgré cela, il y a un jeune homme à sa fenêtre. Vu à travers la fenêtre, l’art de Caillebotte a une tonalité étrange qui fait réfléchir le spectateur à ce que la fenêtre signifie dans un sens plus large.

La collection d’art d’un magnat du pétrole américain pourrait se vendre plus de 200 millions de dollars aux enchères de Christie’s à New York ?

Caillebotte Jeune Homme À La Fenêtre
Caillebotte Jeune Homme À La Fenêtre

The Cox Collection: The Story of Impressionism, une prochaine vente aux enchères de Christie’s New York comprenant 25 chefs-d’œuvre de Caillebotte, Cézanne et Van Gogh, aura lieu en novembre. Plus de 200 millions de dollars américains sont attendus de la vente de la collection, qui a été amassée au cours des 50 dernières années. Il est possible que de nombreuses œuvres d’art de la collection n’aient pas été vues publiquement depuis la Seconde Guerre mondiale. Avant l’avant-première de la vente aux enchères aux galeries du Christie’s Rockefeller Center à New York, une tournée mondiale des points forts de la collection Cox comprendra des visites à Taipei, Tokyo, Hong Kong et Londres. Le nom d’Edwin Lochridge Cox était un éminent homme d’affaires américain du pétrole et du gaz, un collectionneur d’art et un philanthrope qui vivait au Texas. De son vivant, il a généreusement contribué au Parti républicain et aux campagnes de George H.W. Bush et son fils, l’ancien président George W. Bush, dans les années 1980 et 2000. Sur le campus de l’Université A&M au Texas, il a également apporté une contribution financière au George H.W. Bibliothèque et musée présidentiels de Bush. Le Jeune homme à sa fenêtre de Gustave Caillebotte est l’une des œuvres les plus importantes du mouvement impressionniste. L’œuvre, qui a été achevée en 1876, devrait atteindre un prix de plus de 50 millions de dollars. Lorsque Chemin Montant (Rising Road) a été vendu chez Christie’s à Londres en 2019 pour 22,2 millions de dollars américains, il s’agissait du tableau de Caillebotte le plus cher jamais vendu aux enchères. Dans la maison familiale du 8e arrondissement de Paris, René est photographié regardant par la fenêtre. Lorsque Caillebotte a peint ce tableau d’un jeune homme regardant les rues animées de Paris depuis un appartement somptueux, la formation académique de l’artiste était évidente, bien que son intérêt naissant pour le réalisme soit également évident dans cette pièce. Un pétrolier du Texas qui en était propriétaire et deux collectionneurs d’art juifs qui l’ont possédé à diverses périodes avant qu’il ne soit pillé ont tous deux participé à une vente aux enchères organisée par Christie’s. Un porte-parole dit qu’il n’y a aucun détail sur le règlement que Christie’s a rendu public. Un tableau d’Agnes Martin de la collection de Harry et Linda Macklowe a déclenché une guerre d’enchères et s’est vendu pour un prix record de 17,7 millions de dollars en novembre. Lors de la vente du magnat du pétrole texan Edwin Cox, Christie’s a posé un jalon pour Gustave Caillebotte, et Frida Kahlo, Jackson Pollock, Lee Bontecou et d’autres artistes ont également fixé de nouveaux prix en novembre.

Caillebotte Jeune Homme À La Fenêtre

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *