Arthur Teboul Parents

Arthur Teboul Parents: Il était une fois, ma famille et moi vivions au douzième étage d’un immeuble du 20e arrondissement de Paris, un endroit très branché. Parmi les membres de ma famille, il y a deux jeunes frères. Mon père avait une petite entreprise de publicité graphique qui avait du succès.

Il concevait tout, des livres aux pamphlets en passant par les affiches. Je le trouvais généralement en train de travailler dans son bureau lorsque j’avais besoin d’aide pour mes travaux scolaires. Nous avons collaboré pour le rendre présentable en lui donnant une reliure professionnelle et une couverture en plastique.

Arthur Teboul Parents
Arthur Teboul Parents

Depuis son plus jeune âge, il a également fait preuve de talent dans les arts visuels en peignant. Mon jeune frère, étudiant aux Beaux-Arts, et moi avons travaillé ensemble pour créer la couverture de mon plus récent album, Palais d’Argile, car ils étaient tous deux inspirés par son travail. Elle a travaillé pour la Earth Defense Force quand j’étais enfant. Pour mon éducation précoce, je me suis inscrit dans une école publique locale.

L’école Vitruvius, du nom de son fondateur, a été créée dans la foulée des réformes éducatives des années 1960 et 1970. Lorsqu’il y avait des bagarres dans la cour, des élèves médiateurs étaient là pour aider.

Le mercredi, nous avons passé du temps à parler des problèmes des enfants et à réfléchir à des moyens de les résoudre. En agissant avec détermination, nous avons réussi à obtenir la liberté. J’attribue mon intérêt pour les voyages en groupe à mon éducation.

Par exemple, en CM2, nous avons fait un tour dans les Yvelines pour monter une pièce de théâtre basée sur le livre de Pierre Aroneanu, L’Amiral des mots, pour les élèves des écoles de la région. Nous avons marché sous la pluie d’une communauté à l’autre, nos lourds sacs à dos nous pesant.

Nous dormons maintenant dans les gymnases. Nous nous sommes installés en U devant la scène, chacun de nous s’appuyant sur une chaise, et nos visages étaient masqués par un grand drap avant le début de la représentation. L’une des premières proclamations du texte était la mienne. Pour moi, c’était à chaque fois une aventure passionnante.

Et c’est une émotion que je n’oublierai jamais. J’ai le plus grand respect et les plus grands remerciements pour ces professeurs, qui auront toujours une grande estime dans mon cœur. J’ai bien réussi à l’école jusqu’à la deuxième année. J’ai commencé à fréquenter le collège communautaire lorsque j’étais en sixième année.

C’était une option sans effort pour les enfants qui n’étaient pas inscrits à l’école. J’étais fragile et j’avais besoin de l’aide des autres pour m’échapper. J’étais libre de suivre mon propre chemin sans trop de difficultés. Après avoir reçu quelques conseils d’un voisin, ma mère a décidé de s’inscrire au Lycée Louis-le-Grand pour l’année suivante.

L’idée de réunir les personnes qui composent un organisme public qui est, au fond, curieux intellectuellement, m’a captivé. Là où je suis allé, j’ai rencontré d’autres personnes qui croyaient en ce feu. Chatterton, Sébastien et Clément, vous trois, le règne de Louis le Premier est semé d’embûches.

Après une excellente première année au lycée, ma moyenne est tombée à 6,0 en deuxième année. Malheureusement, j’ai fait des efforts et je me suis remis à niveau. À cette époque, j’ai commencé à essayer de faire rire les autres pour compenser mon manque de connaissances. La fréquentation de l’école m’a été plutôt bénéfique.

J’y ai été rétrogradé, ce qui m’a permis d’avoir plus d’opportunités culturelles et sociales. Dès que j’ai eu mon baccalauréat au Lycée Carnot, je me suis inscrit en prépa HEC. La musique qu’il écoute occupe une place importante dans sa vie. Qu’il ait pu piquer l’intérêt des gens pour la littérature est fantastique.

Et sans y être contraints, ils devraient danser sur la musique. Il y avait un certain type de musique française qui le touchait. Chez ma grand-mère, j’ai découvert un tourne-disque et les albums de Charles Trenet et Georges Brassens qui m’avaient été transmis par mon père et mon oncle.

De plus, il avait une place chaleureuse pour Barbara, qu’il rencontrait souvent le dimanche matin. Nous écoutions beaucoup de musique en voiture. Pendant les vacances, nous avons fait un road trip à travers l’Espagne. Nous avons emporté un tas de CD pour les écouter pendant le voyage.

Quand la lumière s’est levée, la première musique qui a joué était Harvest de Neil Young. Nous avons couru à la prochaine station-service et acheté des copies de chaque chanson de Polnareff jusqu’à ce que nous nous rappelions que nous avions oublié le fameux manuel.

Arthur Teboul Parents
Arthur Teboul Parents

On l’a écouté en boucle pendant tout l’été. Pour commencer, je suggère d’écouter “The Sun Has a Rendezvous with the Moon” de Charles Trenet. Parfois, lorsque la lune était sortie dans la journée, je me demandais pourquoi ils ne pouvaient pas se retrouver.

Il fallait penser en termes larges, généraux. J’avais peut-être quatre ans à l’époque, et je l’ai entendu dans le véhicule, et je me souviens avoir sauté entre les deux sièges arrière et m’être accroché aux accoudoirs. J’aime le ton de Brassens, ainsi que Le Petit Cheval et La Mauvaise Réputation.

Avec mes copains de CM2, on faisait des fêtes et on écoutait nos morceaux préférés. Il y a 30 CD en tout, et j’ai emporté deux énormes mallettes portables pour les ranger. Tout au long de notre développement, nous avons écouté les chansons de 2B3, les Spice Girls, R. Kelly, et “Should I Leave ?” de David Charvet. Ceux qui avançaient le plus lentement se voyaient confier les tâches les plus difficiles.

Quand j’avais l’âge d’une femme, on me négligeait souvent car je paraissais si jeune. Ramper comme Leonardo DiCaprio dans Titanic en écoutant la bande originale de Céline Dion était ma méthode préférée pour reconstituer la chasse frénétique au radeau de Rose. Je dois beaucoup à Skyrock et à Difool.

avant ma première année d’université. Tryo était écouté par de nombreux individus de mon âge, dont moi-même. La quatrième année a également vu les débuts d’un gadget en forme de balançoire. Au départ, j’étais un fan de la musique des années 1970.

Arthur Teboul Parents

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *