Anny Duperey Ses Parents

Anny Duperey Ses Parents : Lucien Legras et Ginette Legras sont ses parents, nés d’eux. Anny Duperey est une actrice, photographe et auteure française née le 28 juin 1947 à Rouen, en France. Catherine Beaumont dans la série télévisée Une famille magnifique et Catherine Beaumont dans le film Un éléphant qui trompe merveilleusement (1976), dans lequel elle incarne Catherine Beaumont, sont deux de ses rôles les plus connus (1992 – 2018). Le Voile Noir (1992) et L’Admiroir (1993), ses deux livres, se déroulent tous deux en France (1977).

En savoir plus sur elle sur Wikipedia :

https://en.wikipedia.org/wiki/Anny_Duperey

Anny Duperey Ses Parents
Anny Duperey Ses Parents

Ils ont décidé de vivre dans la maison ancestrale de la famille Duperey, initialement originaire de La Neuville-Chant-diesel. Les photographes Lucien et Ginette Legras sont décédés dans leur baignoire à Sotteville-lès-Rouen, France, le 6 novembre 1955, des suites d’une intoxication au monoxyde de carbone causée par un chauffe-eau à gaz défectueux et une ventilation insuffisante. Sa grand-mère paternelle l’a accueillie en raison de la tragédie et l’a élevée jusqu’à ce qu’elle soit adulte. Après avoir été diplômée de son conservatoire local, elle se rend à Paris pour poursuivre ses études à l’école de théâtre René Simon. Elle débute sa carrière de mannequin en 1965 et fait ses débuts sur scène dans La Mamma d’André Roussin l’année suivante, suivi de ses débuts au cinéma dans Deux ou trois choses que je savais d’elle de Jean-Luc Godard en 1967. (1967). Screaming with Death et The Blood Rose, tous deux sortis en 2008, étaient deux films d’horreur français qu’elle partageait. (1970). Elle était une femme vedette à part entière dans le rôle d’Arlette, la femme d’Alexandre Stavisky, dans le film d’Alain Resnais Stavisky (1974), dans lequel Jean-Paul Belmondo dépeint l’escroc. En 1977, Anny Duperey a été nominée pour un César de la meilleure actrice dans un second rôle pour ses efforts dans “Un éléphant qui Trompe vraiment”. La première apparition d’Anny Duperey dans un film en anglais a eu lieu dans le film Bobby Deerfield de Sydney Pollack en 1977, qui mettait en vedette Al Pacino et réalisé par Sydney Pollack. Les Compères et les émissions de télévision après 1992 sont deux autres performances remarquables. Une famille éminente et illustre.

Anny Duperey Ses Parents
Anny Duperey Ses Parents

En 2006, le Théâtre de L’Avant-Seine à Colombes a présenté Oscar et la Dame en rose, une adaptation du livre d’Éric-Emmanuel Schmitt, Oscar et la Dame en rose. Patricia, sa sœur cadette, est décédée en 2009 à l’âge de 27 ans d’une maladie cardiaque. Elle et Bernard Giraudeau ont eu deux enfants au cours de leur mariage de 18 ans: Gaël est né en 1982 et Sara est née en 1985. Dupray a épousé Cris Campion en 1993 après onze ans de mariage, et le couple a divorcé l’année suivante. “La personne de ma vie”, est décrit Giraudeau, tandis que Campion est décrit comme “l’amour de ma vie”. Les filles de Sara et Gael lui ont donné quatre petits-enfants : Mona (2011), Bonnie (2016), Romy (2015) et Susanne (2018), tous arrière-petits-enfants. Elle a acquis une excellente expérience professionnelle auprès d’organisations telles que SOS Villages d’Enfants et SOS-PAPA, une organisation internationale vouée à garantir que les enfants du divorce bénéficient de la pleine implication des deux parents.

Anny Duperey Ses Parents
Anny Duperey Ses Parents

Anny Duperey est une militante sociale basée à New York. Les ancêtres d’Anne Legras étaient originaires de La Neuville-Chant-d’Oisel en Normandie, connues sous le nom d’Anne Duperees. Lucien et Ginette Legras sont tous deux des photographes accomplis qui ont travaillé sur plusieurs projets au cours de leur carrière. Selon son frère, les parents d’Anny sont décédés brutalement alors qu’elle avait huit ans et demi, le 6 novembre 1955. Lorsqu’un chauffe-eau à gaz a mal fonctionné et n’a pas fourni suffisamment d’air, les habitants de Sotteville-lès-Rouen, en France, sont tombés malades. . Les émissions de monoxyde de carbone libérées à la suite de la panne étaient toxiques. En conséquence, la grand-mère et la tante de son père étaient responsables de son éducation, tandis que ses grands-parents maternels élevaient sa sœur cadette.

Anny Duperey Ses Parents

Anny Duperey Ses Parents
Anny Duperey Ses Parents

À l’exception de deux lettres tirées de son initiale du milieu, Duperray, le nom du mari de sa grand-mère paternelle, a été utilisé comme nom d’artiste. Sa pièce, Le Voile noir, accessible en ligne, l’aborde spécifiquement.

Anny Duperey Ses Parents

Anny Duperey Ses Parents
Anny Duperey Ses Parents

Ses premiers cours avec Jean Chevrin se déroulent au Conservatoire de Rouen, où elle étudie avant d’être admise au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris (promotion 1967). Jean Meyer l’a choisie pour La Guerre de Troie n’aura pas lieu de Jean Giraudoux après avoir joué dans Les Trois mariages de Mélanie de Charlotte Frances.

La tentative de suicide d’Anny Duperey a-t-elle été un succès ?

Anny Duperey Ses Parents
Anny Duperey Ses Parents

Lorsque les parents d’Anny Duperey ont été assassinés, elle s’est lancée dans un voyage qui allait changer sa vie pour toujours. “Au début, il y avait une sorte de déni de chagrin, un peu de tristesse”, se souvient la mère de Sara Giraudeau, Evelyne Thomas : “Il y avait une sorte de déni de pleurs, un peu de mélancolie.” C’est quelque chose qu’elle se rappelle souvent.

La première fois qu’elle a tenté un “suicide par imitation”, c’était à l’âge de 13 ans lorsqu’elle s’est jetée sous une automobile en mouvement qui ne s’intéressait pas à elle. L’épisode est une “sorte de tentative de suicide” d’Anny Duperey. C’était un grand pote de Bernard Le Coqs. Berne Le meilleur compagnon de Bernard Le Coq depuis longtemps Le meilleur compagnon de Bernard Le Coq depuis longtemps Le meilleur compagnon de Bernard Le Coq depuis longtemps Le meilleur compagnon de Bernard Le Coq depuis longtemps Le bon ami de Bernard Le Coq Le grand copain de Bernard Le Coq L’excellent copain de Bernard Le Coq copain Bernard Le Coq À la lumière de cette compréhension, ils concluent que nous ne voulons pas qu’ils soient en haut et préfèrent rester en bas à la place. Après en être venu à cette idée, il a pu se remettre sur pied.

Quelle est l’histoire de la vie d’Anna Duperey ?

Anny Duperey Ses Parents
Anny Duperey Ses Parents

Au lendemain de leur mort par asphyxie au monoxyde de carbone, l’enfance idyllique d’Anny Duperey est brutalement interrompue. Une cause supplémentaire d’agonie attendait la fillette de huit ans sous la forme de la séparation d’avec sa sœur cadette. Elle garde son indépendance professionnelle même si sa tante l’a élevée. Elle a exploré des initiatives de carrière périlleuses telles que s’inscrire au Conservatoire de Rouen, s’installer à Paris pour étudier à la célèbre école Simon et obtenir quelques missions de mannequinat. Jean Mercure, co-fondateur du Théâtre de la Ville, a travaillé avec elle pendant plus d’une décennie. Avec son interprétation dans “La guerre de Troie n’aurait pas lieu”, l’actrice s’est rapidement fait remarquer parmi ses pairs, et elle a continué à tourner avec Godart, Deville et Resnais. De même, lors de la production de “Une famille magnifique”, elle tombe sous le charme de Cris Campion, de la même manière qu’elle l’a fait auparavant. Bernard Le Coq l’a nominé pour un sept d’Or en l’honneur de sa performance exceptionnelle cette saison. Ses diplômes académiques incluent également “Le Voile noir”, “L’Admiroir”, “Les Chats de chance” et plus récemment, le très apprécié “Allons voir plus loin, tu veux ?” Elle a également plusieurs crédits d’acteur, dont “Allons chercher plus loin, tu veux?” En 2006, elle a reçu un prix pour sa performance dans la pièce “Oscar et la Dame rose”, où elle est également apparue. Son écriture enthousiaste, généreuse et exquise a suscité une immense admiration du grand public. Elle est également connue comme écrivain, grâce à des œuvres comme “Le Voile noir”, transformé en film en 2012, et le fraîchement sorti “Allons voir plus loin, tu veux ?” était un grand succès. Le Tony Award pour “Oscar et la Dame rose” lui a été décerné en 2006 pour sa performance dans la pièce. Son public l’aime parce qu’elle est vive, généreuse et douée avec une plume.

Anny Duperey s’est retrouvée seule avec sa sœur suite à la perte de ses parents, n’est-ce pas ?

Anny Duperey Ses Parents
Anny Duperey Ses Parents

Alors que Patricia a grandi avec ses grands-parents maternels, l’actrice a été élevée par sa grand-mère paternelle, qu’une tante a louée. C’était quelque part “mon bébé qui attend” m’attendait quand je lui ai donné le biberon. J’avais toujours rêvé d’avoir un frère ou une sœur plus jeune, mais cela ne s’est jamais produit. “Je n’ai rien contre ma famille pour nous avoir séparés”, a-t-elle déclaré. C’était un conflit bilatéral, les deux parties déplorant la mort d’un enfant (mes parents avaient environ 32 ans) (mes parents avaient environ 32 ans). Anny Duperey évoque également avec nous son passé, notamment celui d’avoir grandi dans un foyer pauvre. “Cela aurait été difficile d’y assister avec deux petits enfants.”

Il n’y avait rien de mal les premières fois où on m’a demandé d’embrasser ma jeune sœur, et aucun de nous n’a reconnu que quelque chose n’allait pas. De notre côté, nous ne nous connaissions pas. Au final, nous espérons un jour traquer sa petite sœur, qui devait devenir l’une de mes plus excellentes compagnes de souvenirs de petite enfance. Certaines personnes avaient des visions de la sœur mineure rencontrant sa sœur aînée, qui prendrait alors la position de leurs parents. L’auteur, Anny Duperey, affirme que “personne n’était au courant de la survenance d’une calamité mineure”.

“J’ai été extrêmement chanceuse”, dit-elle. “Une mère formidable m’a élevé”, se souvient l’auteur. Elle a pu acquérir ce dont elle avait besoin de sa tante sans tenter de “remplacer” sa mère, comme elle avait précédemment exprimé son anxiété à l’idée de le faire. Elle a établi un espace sécurisé entre elle et les autres. Pour permettre à ses deux frères de terminer leurs études, sa tante a dû travailler au restaurant avec sa mère alors qu’elle n’avait que 11 ans. Anny Duperey se souvient : “Je suppose que j’étais sa punition, elle était à l’affût de mes hobbies, de mes compétences… J’ai obtenu tout ce que je voulais aussi vite que je voulais lire ou produire”. Elle choisit de s’installer à Paris à l’âge de 17 ans pour intégrer le conservatoire. “Je n’avais pas vu ma sœur depuis longtemps” (sauf pendant les vacances) (sauf pendant les vacances) (sauf pendant les vacances). Quand elle a quitté l’école pour me rejoindre à Paris, elle n’a pas eu autant de chance : sa vie était moins gaie, on l’obligeait à travailler comme vendeuse CAP, et c’est là qu’elle a fini par s’enfuir.

Un “jeune totalement perdu” qui ne voulait qu’une chose : être remplacé par son père et sa mère m’a été présenté à l’âge de 22 ans. Rien ne marche pour Anny Duperey à ce stade, même si elle essaie tout ce qu’elle peut. Avant qu’elle ne revienne avec ses affaires, je suis partie prendre rendez-vous et est revenu pour la trouver partie. Je ne l’ai pas revue pendant trois ans…”

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *